Le chocolat du Fairtrade – une arnaque

Les images d’heureux paysans africains sur le chocolat Fairtrade qu’achètent les consommateurs à l’Occident ont pour finalité de faire croire aux consommateurs que les grands sourires résultent du vrai commerce équitable: appui et meilleur revenue. Cependant, cette impression est fausse. L’exploitation au sein de l’industrie du cacao en Afrique de l’Ouest se poursuit, seulement avec un nouvel acteur en vedette: le commerce équitable même, qui bénéficie de la marge supplémentaire que consentent les consommateurs sympathiques. Le label Fairetrade (délivré par Flot-Cert, société sœur de Fairtrade même), qui a été salué il y a 20 ans comme une institution novatrice qui devraient apporter des améliorations à la vie des paysans dans l’industrie cacaoyère de l’Afrique de l’Ouest, n’a pas été à la hauteur de ses promesses.

Dans une investigation transnationale qui a duré six mois,  des journalistes de la Côte d’Ivoire, du Ghana,  du Cameroun, du Nigeria et des Pays Bas ont mené une investigation sur les soi-disant avantages qui reviennent aux cacaoculteurs en Afrique de l’Ouest à cause de l’étiquette Fairtrade.

Leurs conclusions: tandis que le consommateur du chocolat à l’Occident paie une prime pour le chocolat “honnête”, ces avantages n’apportent que peu ou rien du tout à l’amélioration de la vie des cacaoculteurs. Dans certains cas, étant donné la dominance croissante des coopératives du commerce équitable, la situation des paysans est devenue pire qu’avant. Le dossier entier est intitulé  «Le chocolat du Fairtrade : une arnaque ». Ce projet a été conduit par le Forum des Journalistes d’investigation africains (FAIR) et financé en partie par le Programme africain du journalisme d’investigation (PAIR).

Par Selay Kouassi (Côte d’Ivoire), Chief Bisong Etahoben (Cameroun), Benjamin Tetteh (Ghana), Aniefiok Udonquak (Nigeria), Bjinse Dankert et Janneke Donkerlo (Netherlands), Charles Rukuni (chef de l’équipe), Evelyn Groenink (rédactrice).

Novembre 14, 2012.

Lire l’investigation en anglais (PDF): The FAIRTRADE chocolate rip-off.