Les frontières périlleuses de l’Afrique de l’Ouest – une investigation transnationale

De plus en plus, les frontières ouest-africaines deviennent tristement célèbres pour toutes sortes de crimes perpétrés de part et d’autres des frontières  de la sous-région; le racket et la corruption sont à l’ordre du jour à toutes les frontières dans la région de la CEDEAO. Les frontières de l’Afrique de l’Ouest ont été transformées en des entreprises illicites fort rentables qui assurent des  rentrées des milliers de cedis ghanéen, de naira nigérians et de francs CFA au profit des agents de sécurité qui y sont placés.

Il est inconcevable qu’on puisse traverse n’importe qu’elle frontière en Afrique de l’Ouest de nos jours sans payer de l’argent au aux agents de sécurité. Entre les postes frontaliers d’Aflao (Ghana) et Lomé (Togo), un voyageur doit avoir au moins CFA 5,000 (GH₵25) pour pouvoir passer à l’autre côté. Entre les postes frontaliers d’Elubo et  Noé, du Ghana et de la Côte d’Ivoire, le voyageur avec un seul bagage a besoin d’environ FCFA 4,500 pour passer à l’autre côté. Idem pour la frontière Ghana – Burkina Faso, entre Paga et Dakola, a révélé cette investigation.

Pour aller de la frontière à Aflao au Ghana à Lomé au Togo le voyageur muni d’un passeport ghanéen paie  1.000 FCFA à chacun des cinq différents points de la partie togolaise de la frontière. Un voyageur avec un passeport francophone paie le même montant à trois au côté ghanéen de la frontière juste pour pouvoir se retrouver à l’autre côté. Il faut être chef d’Etat, président de la République, diplomate et haut fonctionnaire d’Etat pour être dispensé de ce vol manifeste quand on traverse les frontières de l’Afrique de l’Ouest. A part ceux-là, tout le monde est obligé d’obtempérer aux ordres frauduleux des agents de sécurité aux frontières. Le service d’immigration, les douanes, la police et les agents de sécurité nationale sont postés à l’un et l’autre côté des frontières des pays d’Afrique de l’Ouest, et tous pratique le racket sous une forme ou l’autre, a révélé cette investigation.

Par Kwabena Adu Koranteng (Ghana) & Ouamar Abdulai (Burkina Faso).

Publié 4. september 2012 dans le The Crusading Guide.

Lire l’article en français Les frontiéres périlleuses de l’Afrique de l’Ouest.

Lire l’article en anglais Deadly borders of West Africa

et l’article suivant publié 10. september 2012 dans Le Crusading Guide: Togo réagit à l’article « Les frontières périlleuses » ou en anglais Togo government reacts on the article Deadly Borders.