Les sachets d’eau – une activité florissante lourde de conséquences pour la santé

La production d’eau en sachet au Ghana est devenue une importante source d’autonomisation financière pour des centaines de gens partout dans le pays.

Grâce à l’eau en sachet carré de 500 millilitre, plusieurs personnes ont accès à de l’eau filtrée; pour certaines il s’agit d’un bon emploi, tandis que pour d’autres, pour la plupart les producteurs, ce n’est qu’un tremplin pour s’aventurer dans la mise en bouteille de l’eau pour vendre à une population grandissante. L’eau mise en sachet, communément dénommée « l’eau pure » est généralement acceptée par les gens, étant disponible et à un prix abordable.

Toutefois, la santé des populations est en jeu. La plupart des marques d’eau mise en sachet sont sans agrément, selon nos investigations.

Dans certain cas, la production se fait dans des conditions déplorables par des gens qui ont peu ou pas d’expertise en la matière. Au dire d’un responsable de l’Autorité ghanéenne des normes, bon nombre des producteurs sont des salariés à la retraite qui se replient sur la production d’eau en sachet pour arrondir leur pension dérisoires, plutôt qu’une activité commerciale sérieuse.

La vente d’eau en sachet dans les rues aux passants entraine le risque de contamination, étant donné que la plupart des vendeurs servent l’eau les mains nues. Ils ne se lavent guère les mains après une visite aux toilettes et exposent l’eau glacée aux rayons du soleil, à la poussière et à d’autres aléas de l’environnement.

Par conséquent, l’on a constaté une épidémie de maladies d’origine hydrique à travers le pays.

Une épidémie de choléra qui s’est éclatée en 2012, aurait eu pour cause le manque de rigueur dans la production et la vente d’eau en sachet dans le pays. L’épidémie a fait 60 morts en mai 2012, selon la Direction Générale des Services Sanitaires du Ghana, et représente un danger pour la vie des milliers encore.

Entre temps, les autorités de réglementation telles que l’Agence pour le contrôle des produits alimentaires et pharmaceutiques et l’Autorité des normes, avouent être accablées par la situation et ont demandé aux consommateurs d’eau en sachet de bouder les marques de mauvaise qualité.

C’est la voie la plus sûre, affirment-elles, pour mettre un terme à cette pratique, tous les efforts fournis pour assainir l’industrie n’ayant produit que de faibles résultats.

Par Maxwell Adombila Akalaare.

Publié 12 février 2013 dans GRAPHIC BUSINESS.

Lire l’histoire en anglais online ou en PDF: Sachet water production – A thriving business with health implications_Maxwell Adombila Akalaare.