Quand la ferraille prend de la valeur

Une enquête au cœur d’une activité qui se développe depuis environ dix ans au Bénin: Le commerce de la ferraille. Des morceaux de ferrailles sont collectés dans toutes les contrées du Bénin et exportés vers les pays asiatiques. Cette enquête révéle qu’il s’agit d’une activité qui règle le problème de la pollution esthétique des villes béninoises et qui occupe beaucoup de jeunes créant ainsi des emplois. Ces jeunes malheureusement sont très exposés parce que les mesures sécuritaires sur les sites de regroupement ne sont pas prises.

Les conséquences environnementales de cette activité ne sont pas du tout à négliger. Au vu des dispositions réglementaires en effet, l’entreposage de ces types de matériaux est interdit sur les terrains clos ou non. Ce qui pourtant n’est pas respecté. Il arrive que des objets radioactifs se retrouvent dans le lot alors que le Bénin n’a pas le dispositif nécessaire pour les traiter. Malgré tout ceci, ce secteur pourrait mieux profiter au Bénin. Si la courbe des exportations est ascendante, l’Etat ne prélève que les taxes d’exportation. On pourrait organiser le secteur sur la base d’une étude bien déterminée de façon à cibler les acteurs du secteur, les problèmes, les avantages  et les perspectives. L’enquête permet aussi de constater que toute la ferraille collectée au Bénin est exportée. Or, on pourrait avoir des industries pour les transformer et ainsi créer la richesse et les emplois au Bénin.

Par Jean Paul Ibikunlé.

Diffusé 21. août 2012 à 11h 05 sur la Radio Nationale Ortb.

Ecouter l’émission Quand la ferraille prend de la valeur.